Vers l’Ienisseï, père de la Russie

Le 19 juillet
Comme d’habitude, nous prenons un petit déjeuner très copieux ( semoule au lait sucré, kefir, lait caillé egoutté, oeuf au plat, brandade de morue, bouillon de viande avec croutons, saucisses, pains perdus, café et thé ).

Salle de restaurant de l’hotel à Kemerovo
Pains perdus

Puis nous prenons la route pour Krasnoïarsk. L’étape est de 650 km et nous partons sans traîner. Le paysage est assez valloné et traverse d’immenses forêts et prairies sauvages.

Paysage sur la route de Krasnoaiarsk

Le long de la route, nombreux sont les vendeurs de champignons ( cèpes, girolles ). Nous nous y arrêtons pour en acheter un 300g pour presque rien.

Vendeurs de champignons

Plus tard nous nous arrêtons sur la route pour déjeuner. Devinez le repas: omelette aux girolles. Un régal !
Nous traversons de nombreux villages avec leurs petites maisons toujours très caractéristiques.

Maisons sur la route
Maisons sur la route

Nous croisons de temps en temps des vendeurs de kvass.

Vendeur de kvass

Mais au fait, vous ai-je dit ce qu’est le kvas ? Il s’agit d’un breuvage typiquement russe à base de pain rassis et de sucre, fermentés dans de l’eau. C’est très désaltérant et très bon.
Puis nous arrivons à Krasnoiarsk vers 18h30. Pour arriver à notre hôtel, nous traversons l’Ienisseï.

L’Ienisseï, le père de la Russie

Les russes disent que la Volga est la mère de la Russie et l’Ienisseï en est le père. Ce fleuve majestueux délimite la frontière en la Sibérie occidentale et la Sibérie orientale. Notre hôtel est justement sur un rive de l’Ienisseï.

Hotel à Krasnoïarsk
Hotel à Krasnoïarsk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *